gauchir


gauchir

gauchir [ goʃir ] v. <conjug. : 2>
• v. 1210; a. fr. guenchir « faire des détours », du frq. °wenkjan « vaciller », avec infl. de gauchier « fouler (la vérité) », d'où « déformer »
I V. intr.
1(En parlant de choses planes) Perdre sa forme, se contourner. se courber, se déformer, gondoler, se tordre, 2. se voiler. Règle, planche qui gauchit.
2Vx Se détourner de la position qu'on a, de la route qu'on suit (pr. et fig.). dévier.
II V. tr.
1Rendre gauche. déformer, tordre. L'humidité a gauchi la porte. Aviat. Abaisser (les extrémités mobiles, les ailerons d'une aile d'avion) pour incliner ou redresser l'appareil.
2(XVIIe) Fig. Altérer, déformer, fausser. Gauchir un fait, une idée.
3 Polit. Infléchir vers la gauche. Gauchir sa position, son discours.
⊗ CONTR. Dresser, redresser.

gauchir verbe intransitif se gauchir verbe pronominal (ancien français guenchir, du francique wenkjan, faire des détours) être gauchi verbe passif (ancien français guenchir, du francique wenkjan, faire des détours) Ne plus être plan ou droit, se déformer, se contourner, se tordre, en parlant de choses : La fenêtre est gauchie.gauchir verbe transitif Donner une certaine déviation, une déformation à quelque chose : L'humidité a gauchi la porte. Littéraire. Donner à quelque chose une direction autre que celle qu'il a en réalité : Gauchir un fait-divers.gauchir (synonymes) verbe transitif Donner une certaine déviation, une déformation à quelque chose
Synonymes :
- déformer
- fléchir
- infléchir
Littéraire. Donner à quelque chose une direction autre que celle qu'il a...
Synonymes :
- dénaturer
- dévier

gauchir
v.
d1./d v. intr. Se déformer, se voiler. Panneau qui gauchit.
d2./d v. tr. Déformer (une surface plane). L'humidité a gauchi cette planche.
|| Fig. Altérer, fausser. Gauchir le sens d'un texte.

⇒GAUCHIR, verbe
A. — Emploi intrans.
1. Devenir gauche (cf. gauche2 A 1), subir une déformation. Sièges composés de feuilles de bois réunies, dont les fibres sont placées dans des directions différentes, système qui a l'avantage de présenter une très-grande solidité, de ne pas jouer ni gauchir (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 21).
P. métaph. Sentant gauchir par places le cadre de son existence, la pauvre maman disait : « Je ne sais plus comment je vis » (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 63).
2. a) S'écarter de la direction, de la trajectoire prévue. Synon. dévier. Le jet d'eau laissé libre s'élève en ligne droite; gêné, comprimé, il biaise, il gauchit (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 59) :
1. Sur deux mille francs en or de ricochets, pas une pièce de vingt francs qui ait gauchi : elles sont toutes allées à l'eau comme des hirondelles.
GOZLAN, Notaire, 1836, p. 40.
b) Au fig. Prendre une mauvaise direction; s'écarter du vrai ou du bien, s'égarer. La chronologie hésite et gauchit; le prêtre qui aurait reçu l'ultime confession se confond, trait pour trait, avec un chapelain venu plus tard (LA VARENDE, Homme aux gants, 1943, p. 19). Il a papillonné parfois, gauchi, trahi si l'on veut (ARNOUX, Roi, 1956, p. 98).
♦ [Avec compl. prép. indiquant une direction] :
2. En littérature seulement, (...) on a pu trouver (...) que les promesses avaient quelque peu menti, (...) que les grands talents (...) s'égaraient, qu'ils gauchissaient à plaisir dans des systèmes monstrueux ou creux, en tout cas infertiles...
SAINTE-BEUVE, Portr. littér., t. 3, 1843, p. 421.
Emploi factitif. Nous ne voudrions plus vivre sous un régime [la Restauration] qui fait gauchir un génie comme Cuvier, étouffa en de mesquins compromis l'esprit si vif de M. Cousin (RENAN, Souv. enf., 1883, p. XII).
♦ [Avec compl. prép. indiquant une direction] :
3. ... les révélations sont des égarements de la foi, écrit-il [M. Olier] dans ses mémoires; c'est un amusement qui ôte la simplicité vers Dieu, qui embarrasse l'âme et la fait gauchir de la droiture vers Dieu.
BREMOND, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 500.
B. — Emploi trans.
1. Rendre (quelque chose) gauche. La lune, le soleil, l'hiver, l'été, la neige ont creusé les bois [de la maison], gauchi les planches, rongé les peintures (BALZAC, Autre ét. femme, 1842, p. 407). Le moindre faux mouvement peut casser, gauchir ou étonner [la plaque de céramique, quand on la retourne] (Al. BRONGNIART, Arts céram., t. 1, 1844, p. 152).
En partic. Gauchir une aile (d'oiseau, d'avion). Exercer sur elle une déformation momentanée pour infléchir le vol. Le pilote a gauchi l'aile de son appareil (Ac. 1932) :
4. Elle [la mouette] suit son œil, le fil de son regard (...). Un œil glacé, attentif et perçant, qui plonge d'avance, gauchit les ailes, les referme soudain : et c'est ce petit corps lourd, vidé d'air, cet espèce d'obus qui tombe, qui frappe de sa pointe acérée.
GENEVOIX, Avent. en nous, 1952, p. 8.
2. Au fig.
a) Déformer, fausser quelque chose. C'est la différence d'âge qui révélée, au fond d'un bel œil de velours, faussa nos rapports, gauchit notre lien amical (COLETTE, Képi, 1943, p. 60). Sophisme, Jérôme; tu interviens dans l'expérience et tu la gauchis (ARNOUX, Seigneur, 1955, p. 145) :
5. La place quasi exclusive qu'on accorde depuis des générations aux témoignages écrits a masqué aussi bien l'importance de l'art que gauchi notre compréhension des phénomènes sociaux totaux.
Traité sociol., 1968, p. 292.
b) Détourner quelque chose de son orientation première, l'écarter du vrai ou du bien :
6. Lorsqu'un homme a rompu sa ligne de vie, gauchi et truqué, au delà du criminel et du stupide, son destin vrai pour en choisir passionnément la plus dérisoire négation, la contrefaçon la plus frauduleuse, il n'y a plus de remède.
ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 195.
Emploi pronom. réfl. Fondée sur la raison humaine, ne devant sa vérité qu'à l'évidence de ses principes et à l'exactitude de ses déductions, elle [la philosophie] réalise spontanément son accord avec la foi sans avoir à se gauchir (GILSON, Espr. philos. médiév., 1931, p. 6).
C. — Emploi pronom. passif
1. Devenir gauche :
7. Ces panneaux (...) sont extrêmement stables sous l'action des variations hygrométriques de l'atmosphère ambiante; ils ne se déforment ni ne se gauchissent.
CAMPREDON, Bois, 1948, p. 76.
2. Au fig. Se déformer, se fausser :
8. À mesure que l'auteur atteint [par le film] un public plus étendu, il le touche moins profondément; il se reconnaît moins dans l'influence qu'il exerce, ses pensées lui échappent, se gauchissent et se vulgarisent...
SARTRE, Sit. II, 1948, p. 270.
REM. Gauchissant, -ante, part. prés. adj. Qui gauchit. Il se refusait d'avouer, de s'avouer, qu'entre le catholicisme et l'art dramatique il ne pouvait y avoir alliance, sinon au détriment de l'un et de l'autre, et seulement par un gauchissant compromis (GIDE, Journal, 1931, p. 1021).
Prononc. et Orth. : [], (il) gauchit []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1181 gauchir « se tourner, se diriger vers » (Le Roman d'Aiquin, éd. F. Jouön Des Longrais, 273, v. discussion ds DEAF s.v., col. 393-394); 2. av. 1409 gauchir « se dérober à, éviter en se détournant » (Le Livre des faicts du (...) mareschal de Boucicaut, éd. J. F. Michaud et J. J. P. Poujoulat, II, 26); 3. 1549 « faire subir une torsion ou une déviation à un objet » (EST.). L'existence de ce verbe en a. fr. est très mal assurée. 1 n'est sans doute qu'une altération de ganchir, plus anciennement guenchir « faire des détours » (XIIe s. ds T.-L. et GDF.), issu de l'a. b. frq. wenkjan « vaciller » (cf. a. h. all. wankôn « id. », le m. néerl. wenken « id. », all. wanken « id. »), peut-être sous l'infl. de gauchi(e)r « fouler (la vérité) » d'où « déformer » (XIIIe s. [date du ms.] gauchie, Estoire d'Eustachius, éd. A. C. Ott, 72) et de sa famille (cf. DEAF, col. 390), de l'a. b. frq. walkan « fouler » (cf. a. h. all. walchan « rouler », m. néerl. walken « fouler », all. walken « id. »); 2 très fréq. à partir du XVe s., doit sans doute être rapproché de gauche2 (lui-même d'orig. obscure). Fréq. abs. littér. : 33. Bbg. DARM. Vie 1932, p. 167. - GOHIN 1903, p. 314. - SAIN. Sources t. 3 1972 [1930] p. 404. - WOLL (D.). Zur Etymologie und Wortgeschichte von frz. gauche. Rom. Forsch. 1971, t. 83, pp. 182-200.

gauchir [goʃiʀ] v.
ÉTYM. V. 1181, v. tr.; anc. franç. guenchir « faire des détours » (du francique wenkjan « vaciller »), avec infl. de gauchier « fouler; déformer » (du francique walkan « fouler »), ou plus probablt, selon P. Guiraud, d'un gallo-roman valgicare, du lat. valgus « qui a les jambes tournées en dehors, bancal, de travers ».
———
I V. intr.
1 (Fin XIVe). En parlant de choses planes. Perdre sa forme, se contourner. Courber (se), déformer (se), gondoler, tordre (se), voiler (se). || Règle, planche qui gauchit.
2 (V. 1398). Vx. Se détourner de la position qu'on a, de la route qu'on suit. Dévier.
1 Si tu prends bien ma voie, et marches sans gauchir,
La vérité saura pleinement t'affranchir.
Corneille, Imitation de J.-C., III, v. 6065.
(1642). Fig. Vx. Biaiser.
2 Mais, malheureusement, l'expulsion de Jacques II, qu'il appelle abdication, le forçait à se tenir sur la réserve, à gauchir, à tergiverser, pour ne pas faire de Guillaume un usurpateur.
Rousseau, Du contrat social, II, II.
3 (1580). Vx. S'écarter de la ligne, de la direction initiale.
3 Souvent ce terrible travail terminé avec cette intensité d'action dont lui seul était capable, il s'apercevait que la pensée avait gauchi à l'exécution, qu'un épisode prédominait, qu'une figure qu'il voulait secondaire pour l'effet général saillait hors de son plan (…)
Th. Gautier, Portraits contemporains, Balzac, III.
———
II V. tr. Mod.
1 (1549). Rendre gauche. Déformer, tordre. || Gauchir une planche, un battant de porte.Aviat. Abaisser (les extrémités mobiles, les ailerons des ailes d'un avion) pour incliner ou redresser l'appareil.
4 (…) comme il était quelquefois rentré des bals du Prado ou des Bals de l'Odéon en crottant ses bas de soie et gauchissant ses escarpins.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 873.
2 (V. 1210). Fig. Altérer, déformer, fausser. || Gauchir un fait, une idée.
5 L'étude immodérée engendre une crasse dans son esprit et gauchit tous ses sentiments.
Saint-Évremond, in P. Larousse.
6 De chaque détour surgissent ou s'enfuient une erreur, un mensonge involontaire, une vérité chenue de trente ans d'âge, qui gauchit les faits et respecte les figures.
Colette, l'Étoile Vesper, p. 48.
——————
gauchi, ie p. p. adj.
|| Marches gauchies d'un escalier. || Écriture gauchie.(Abstrait). || Une pensée gauchie.
CONTR. Dresser, redresser.
DÉR. Gauche, gauchissement.
COMP. Dégauchir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • gauchir — Gauchir, ou tortuer, c est tourner à main gauche, se destourner {{o=destouner}} du droict, ainsi dit on, Il gauchit au coup, c est à dire il se destourne du droict ru, descente, fil et trenchant du coup lancé sur luy, Torquere, Detorquere,… …   Thresor de la langue françoyse

  • gauchir — Gauchir. v. n. Destourner tant soit peu le corps. Il auroit esté blessé de ce coup, s il n eust un peu gauchi. Il n est en usage qu en cette phrase. On dit aussi fig. Gauchir dans une affaire, pour dire, N y agir pas franchement, n aller pas son… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • gauchir — (gô chir) v. n. 1°   Perdre sa forme, se contourner. Ce panneau, cette règle gauchit. 2°   Détourner le corps pour éviter quelque coup. Il gauchit, et le coup qui le menaçait ne l atteignit pas. 3°   Se détourner de la ligne directe de sa route.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • GAUCHIR — v. n. Détourner tant soit peu le corps pour éviter quelque coup. Il aurait été blessé de ce coup, s il n eût un peu gauchi.   Il signifie, figurément et familièrement, Ne pas agir ou ne pas parler avec franchise. On n aime point à traiter avec… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • GAUCHIR — v. intr. Détourner tant soit peu le corps pour éviter quelque coup. Il aurait été blessé de ce coup, s’il n’eût un peu gauchi. Il signifie, figurément et familièrement, Ne pas agir ou ne pas parler avec franchise. On n’aime point à traiter avec… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • gauchissement — [ goʃismɑ̃ ] n. m. • 1547; de gauchir ♦ Action de gauchir; son résultat. ⇒ déformation. Fig. ⇒ altération, déviation. ● gauchissement nom masculin Déformation de la surface initialement plane d un matériau ou d un ouvrage (pièce de bois, porte,… …   Encyclopédie Universelle

  • tordre — [ tɔrdr ] v. tr. <conjug. : 41> • XIIe; lat. pop. °torcere, class. torquere I ♦ A ♦ 1 ♦ Déformer par torsion, enrouler en torsade. « elle releva et tordit ses cheveux à la diable » (Maupassant). Tordre un mouchoir entre ses mains. Spécialt… …   Encyclopédie Universelle

  • gauche — [ goʃ ] adj. et n. • v. 1225; o. i., p. ê. de gauchir I ♦ 1 ♦ Qui est de travers, qui présente une déviation. ⇒ dévié, oblique, tordu. Table, planche gauche. Spécialt Math. Figure géométrique, courbe gauche, qui n est pas contenue dans un plan… …   Encyclopédie Universelle

  • voiler — 1. voiler [ vwale ] v. tr. <conjug. : 1> • 1380; veler « faire prendre le voile » XIIe; de 1. voile I ♦ 1 ♦ Couvrir, cacher d un voile; étendre un voile sur. Voiler une statue. « La mantille blanche dont elle avait voilé ses cheveux »… …   Encyclopédie Universelle

  • dégauchir — [ degoʃir ] v. tr. <conjug. : 2> • XVI e; de dé et gauchir ♦ Techn. Redresser (une pièce gauchie). Rendre plane la surface de (une pierre, une pièce). Spécialt Dresser une face, un chant de (une pièce de bois). ⇒ aplanir, 1. planer, raboter …   Encyclopédie Universelle